BD : « La différence invisible »

10 janvier 2017

la-difference-invisible-bd
C’est pour le boulot que j’ai lu « La différence invisible », de Julie Dachez. Je devais rédiger un article sur le Syndrome d’Asperger par le prisme de cette bande dessinée. L’auteure en est atteinte et lorsqu’un psy a enfin mis un nom sur sa différence, elle s’est sentie libérée. Libération qui se couronne par ce livre et très probablement bientôt par un film documentaire.

Autant vous dire qu’avant de me plonger dans cette bande dessinée, je ne savais pas du tout à quoi correspondait cette forme d’autisme. J’en avais déjà entendu parler mais sans jamais réellement comprendre les caractéristiques de ce syndrome, je trouvais la définition bien trop compliquée. Mais ça c’était avant ! Grâce à la brillante narration de Julie Dachez, j’y vois enfin plus clair. C’est simple, l’auteure vous permet de vous mettre dans la peau d’une personne Asperger, un aspie. Vous suivez son cheminement les mois et les années qui précèdent le diagnostic, jusqu’à ce jour précis où le mot « syndrome d’Asperger » sauve l’auteure. Sauver est le mot. Julie Dachez explique que sans ce diagnostic, elle ne serait probablement plus là tant sa vie d’avant était difficile.

Pourtant sa vie ne change pas au sens propre du terme, elle ne découvre pas un médicament miracle qui rend les relations sociales plus faciles. Parce que le syndrome d’Asperger ne se soigne pas, il s’apprivoise. Lorsqu’elle a appris qu’elle état Aspie, Julie Dachez accepte sa différence et fait sa vie en fonction de ce qu’elle aime et n’aime pas : elle quitte son travail, l’appartement qu’elle habite avec son copain, elle reprend des études de psycho, elle ne se force plus à être la fille normale qu’elle essayait d’être avant. Cette fille qu’elle n’était pas, cette vie qui ne lui convenait pas et qui la rendait si mal. On vit cela avec elle case après case. Et on comprend enfin de quoi il s’agit. On vit aussi, par le biais de Jeanne, l’héroïne, l’incompréhension des proches, des collègues. La manière dont les gens sont catastrophés quand elle leur parle de son syndrome, cette envie permanente de la soigner.

Cette BD est tellement didactique ! Elle est à glisser entre les mains de proches d’Aspie qui ne parviennent pas à comprendre ce dont souffre leur proche, ce n’est en effet pas simple. Elle offrira un éclairage différent, intéressant et surtout et, c’est bien là le plus important, dédramatisant. Plus largement toute personne ayant l’impression d’être mise dans une case qui ne lui convient pas pourra s’approprier la bande dessinée.

Un mot rapide sur le dessin. C’est Mademoiselle Caroline qui est derrière le crayon, son trait s’accorde parfaitement à l’histoire.

Elise

La différence invisible, Julie Dachez, Editions Delcourt.

Share Button

Un commentaire sur “BD : « La différence invisible »”

  1. Merci, Élise de faire connaître cette BD importante pour tous qu on soit Auspie ou pas. Approcher, comprendre et accueillir cette différence peut favoriser l ouverture à d autres différences aussi..
    Ton article m à donné très envie de la lire et de la faire connaître.

    Répondre

Laisser un commentaire

Les champs marqués d'une * sont obligatoires. Votre email ne sera pas publié.