Mes dernières lectures

28 février 2017

Pas de description en long et en large d’un seul livre cette semaine, mais un petit topo de mes dernières lectures, parfois terminées, parfois en cours.

Juliette de Camille Jourdy chez Actes Sud – Petit bijou de roman graphique. Premier détail à pointer : le style, ce dessin si particulier, c’est hyper précis, pointu et en même temps, il y a comme une simplicité, une touche enfantine, dans le choix des couleurs et dans les expressions des personnages. Cela va sembler très étrange mais j’y ai retrouvé le même plaisir qu’en lisant Tom-Tom et Nana. Je ne sais pas si c’est dans le dessins des personnages, dans l’évocation de l’humour, mais j’ai eu une vague de nostalgie et d’empathie.

Deuxième « fait d’armes » : l’histoire. Chaque personnage est atypiquement attachant : Juliette, « la parisienne hypocondriaque en dépression » (dixit sa famille), le père de Juliette perdu depuis des années dans son appartement, la sœur de Juliette empatouillée dans sa vie de famille un peu étroite qui trouve des bols d’air avec son amant, leur mère complètement barrée… Tout peut sembler banal, le portrait d’une famille contemporaine, avec ses caractères, ses échecs, ses non-dits, ses mythes ; mais il y a une vraie patte dans cette histoire. Elle se déroule et se révèle en douceur, elle oscille entre fantaisie, humour, cynisme, chagrin et aigreur. Il y a du génie, un don chez Camille Jourdy : rendre ce quotidien banal tout sauf banal.

Le Piano oriental de Zeina Abirached chez Casterman – Une belle claque graphique et plus encore. Le titre est sans équivoque, on va parler musique. Que dis-je, on va la vivre cette musique. Ce roman graphique est aérien, une mélodie se love dans nos oreilles tout du long. L’histoire est inspirée de la vie d’un des ancêtres de Zeina Abirached, inventeur d’un nouvel instrument de musique dans les années 60′ à Beyrouth. Cet homme vit pour la musique, pour les notes, pour son piano. A travers ce destin, l’auteure distille des thèmes forts : le Liban, l’Orient et l’Occident, le rapport à la langue, à ses langues (le français et l’arabe), les cultures qui se croisent. Un régal pour les yeux, la bouche et les oreilles !

Le loup en slip de Lupano, Itoiz et Cauuet chez Dargaud. Oui, oui, ces noms ne vous sont pas inconnus. Je vous en parlé déjà à plusieurs reprises : ici,  et encore Et pour cause, nous ne sommes pas bien loin des Vieux Fourneaux. Nous sommes dans une sorte de spin off de cette série d’ailleurs. Dans cette série, deux personnages présentent des spectacles de marionnettes pour les enfants. Cette bande dessinée Le loup en slip est l’une de ces histoires, nous sommes donc dans un livre pour enfants bien foutu, sur la peur du loup dans le forêt (Pourquoi ? Est-il si méchant ? D’où vient cette peur ? Qui mange-t-il ? etc). Et à la fin, pour notre plus grand plaisir, on retrouve nos personnages des Vieux fourneaux. Bref, un petit en-cas pour attendre le volume 4 qui sort en novembre.

Bonnes lectures,

Coline

 

Share Button

Laisser un commentaire

Les champs marqués d'une * sont obligatoires. Votre email ne sera pas publié.